Accéder au contenu principal

Charlie Hebdo : La piste marocaine

Article de Charlie Hebdo sur le Sahara Occidental
Est-ce un hasard que le jour avant l’attentat contre la journal Charlie Hebdo le sujet de la coopération sécuritaire entre Rabat et Paris soit abordé par Le Figaro ?

« La coopération anti-terroriste entre la France et le Maroc au point mort », affirmait Le Figaro dans son édition du 06 janvier 2015. 

Le lendemain, quelques heures après l’attentat, le même journal renforçait ses propos par une interview avec l’ancien ministre français de l’intérieur Charles Pasqua, dans laquelle celui-ci déplorait l’état actuel des relations franco-marocaines. « Nous devons renforcer nos relations sur le plan international. Or, actuellement, nos relations avec le Maroc, qui était l’une de nos principales sources de renseignement, sont considérablement distendues, pour des raisons que j’ignore », déclarait-il

Y a-t-il un lien entre ce discours et le mobile du crime ? L’analyse des données du crime pointe clairement vers la piste marocaine.

Dans le but de s’assurer le soutien de l’Europe dans la question du Sahara Occidental, le Maroc œuvre inlassablement pour se forger le statut d’allié indispensable dans la lutte anti-terroriste et la contention du flux migratoire des africains à travers le Détroit de Gibraltar.A

Un document révélé par le cyber-activiste Chris Coleman montre l’importance que les autorités françaises donnent à la coopération avec Rabat dans le domaine de la lutte contre la nébuleuse terroriste.

Une note envoyée le 20 janvier 2014 par le chargée d’affaire de l’ambassade marocains à Sanaa, Hicham Oussihamou, rapporte que l’ambassadeur de la France au Yémen, a exprimé sa préoccupation quant à l’éventuel retour d’une quarantaine de ressortissants marocains qui vivaient à la ville de Damage située au nord du Yémen dont une partie portait la nationalité française.

« L’ambassadeur français a émis son souhait de voir s’établir une coopération entre les deux ambassades pour traiter ce dossier » souligne la note ajoutant que le « le Président yéménite a « vigoureusement insisté sur le rapatriement immédiat vers leurs pays d’origine des salafistes qui combattaient contre contre le mouvement Houti au Nord ».

Selon Le Monde, « avant le « printemps yéménite », qui allait emporter le régime du président Ali Abdallah Saleh et ouvrir une période d’instabilité dont il continue à payer le prix, le Yémen avait constitué une destination de choix pour des dizaines de salafistes français désireux de renouer avec l’islam « des pieux ancêtres ». Ces salafistes poursuivaient des enseignements religieux à Sana’a comme dans une ville du nord-ouest, Dammaj. La majorité de ces salafistes ne poursuivait aucun but djihadiste, mais certains d’entre eux pouvaient profiter sur place des liens entretenus par certains dignitaires religieux, y compris des membres du parti islamique Al-Islah, avec des groupes djihadistes, notamment à la faveur des solidarités tribales très actives au Yémen ».

Comme dans tous les crimes, les questions essentielles à poser sont : Quels sont les mobiles du crime ? A qui profite le crime ? Les appels à la coopérations sécuritaire avec le Maroc peuvent être une réponse à ces questions. Le journal Charlie Hebdo n'est pas apprécié au Maroc depuis sa publication en 2005 d'un reportage sur les pratiques répressives de Rabat dans les territoire du Sahara Occidental.

Les attentats du 11 mars 2004 ont été décisifs pour amener Madrid à soutenir le plan d’autonomie marocain proposé comme solutions au conflit du Sahara Occidental. Ceux du 7 janvier ont-ils les mêmes visées ? Tout est probable dans une conjoncture où les médias marocains ne cessent de parler de tension dans les relations entre le Maroc et la France





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Comment Google dessine sa carte du monde

"Google Maps nous ment". L'accusation n'est pas nouvelle, mais elle vient désormais d'une autorité : l'expert en géopolitique Jean-Christophe Victor. Entretien, la veille de son décès, avec l'homme du "Dessous des cartes", qui conseille de ne "pas se laisser berner". Et réponse de Google. "Google Maps nous ment", affirmait récemment Jean-Christophe Victor au détour d’ une interview dans Libération . L'homme du "Dessous des cartes", la célèbre émission d'Arte, nous a précisé ses dires. L'expert en géopolitique qui publie un livre sur l'Asie conseille de ne "pas se laisser berner" et il rappelle la référence des cartes des Nations unies. Google aussi nous a répondu. Voici d'abord notre entretien avec le fondateur et directeur scientifique du Lépac, laboratoire de recherche privé et indépendant , à écouter dans son intégralité (19 minutes). Cette interview a été réalisée mard

L’ambassadeur du Maroc à Rome devant la justice italienne pour harcèlement sexuel

par Khider Chérif Algérie Patriotique Une nouvelle information qui prouve que la majorité des ambassadeurs du Maroc à l’étranger se comportent comme de véritables potentats. Le site internet de la communauté marocaine à l’étranger, Manbar Al-jalia Al-Maghribia (Tribune de la communauté marocaine), rapporte que l’ambassadeur du royaume chérifien à Rome, Hassan Abou Ayoub, est poursuivi par la justice italienne pour harcèlement, coups et blessures et violences verbales. La victime n’est autre qu’une de ses domestiques, Naïma Melali, à laquelle il a fait subir les pires sévices après avoir licencié son mari. Selon de nombreux témoignages, Hassan Abou Ayoub a transformé Naïma Melali en objet sexuel pour assouvir ses instincts bestiaux. Il finira d’ailleurs par mettre la pauvre employée enceinte. Malgré cela, il a tout de même continué à la maltraiter et à l’insulter. L’ambassadeur du Maroc à Rome ira même jusqu’à lui refuser d’accoucher dans une clinique romaine. Au lieu

L’Algérie envoie une aide alimentaire et médicale aux camps des réfugiés sahraouis

Une caravane de solidarité du Croissant rouge algérien (CRA) transportant 154 tonnes de denrées alimentaires et matériels médicaux a pris le départ, jeudi du Palais des Expositions d’Alger, en direction des camps des réfugiés sahraouis à Tindouf. Le coup d’envoi de la caravane de solidarité qui se dirige vers l’aéroport de Boufarik à Blida en direction de Tindouf a été donné par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouthar Kirikou, en compagnie de Mme. Saïda Benhabiles, présidente du CRA. Qualifiant la position « ferme et constante » du peuple algérien envers ses frères sahraouis « d’instinct solidaire et durable », la ministre a rappelé les multiples actions de solidarité menées envers le peuple sahraoui. Allant dans le détail, Mme. Benhabiles a précisé qu’il était question de faire parvenir dans les camps des réfugiés une caravane de « 154 tonnes de denrées alimentaires, de matériels médicaux et de produits de nettoyage