Latest

Sahel

Mali

International

Affichage des articles dont le libellé est featured. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est featured. Afficher tous les articles

Canaries : Assassinat d'un ami du peuple sahraoui

Posted on Aucun commentaire
L'avocat et poète José Rafael Hernandez n'est plus. Son corps a été retrouvé sans vie ce lundi aux côtés de celui de son épouse.

Selon la police espagnole, le corps du défunt présentait des signes de violence évidentes alors que son conjoint est probablement décédée suite à des problèmes de santé. Son fils est soupçonné d'être derrière ce meurtre crapuleux. 

Rafael Hernandez est connu pour ses positions de soutien envers la lutte du peuple sahraoui à laquelle il a dédié un poème sous le titre de "Poème sur la solitude du peuple sahraoui". 

Espagne : Création de la plate-forme valencienne de solidarité avec le peuple sahraoui

Posted on Aucun commentaire
Une trentaine de personnes et de nombreuses autres organisations sociales, politiques, syndicales et des médias indépendants ont souscrit au manifeste de la création de la Plateforme Valencienne de Solidarité avec le Peuple Sahraoui (PVSPS), annoncée au centre culturel Octubre de Valencia.

Selon une note diffusée par la plate-forme, l'objectif est de "solidariser avec le peuple sahraoui et son représentant légitime, le Front Polisario, dans la lutte pour le droit à l'autodétermination". Les autres axes sont la dénonciation de la "répression et la violation systématique" des droits de la population sahraouie sous occupation militaire marocaine et des droits des prisonniers politiques.

En outre, la plate-forme "poursuit la responsabilité de l'État espagnol en tant que puissance administrante du territoire", met en garde contre les "conditions extrêmes" dans les camps de réfugiés de Tindouf et condamne le mur militaire "de la honte", composé d'environ 3 000 kilomètres de bunkers et de champs de mines, que le Maroc a construit au Sahara Occidental.

Parlement Européen : Intenses activités autour de l'accord de pêche entre le Maroc et l'UE

Posted on Aucun commentaire
Dans les couloirs du Parlement Européen à Bruxelles l'activité du lobbying s'intensifie autour du renouvellement des Accords de pêche avec le Maroc.

Michel Barnier, eurodéputé français pour Les Républicains et Pierre Moscovici, responsable des affaires économiques et financières, fiscalité et douanes, ont épuisé leur réserves en vue de contourner les arrêts de la Cour de justice de Luxembourg qui a considéré, par deux fois, le Sahara Occidental «distinct» et «séparé» du Maroc. 

Cependant, il y a lieu de constater l’attitude du président français. Des sources assurent qu'Emmanuel Macron ne s¡active pas, comme ses prédécesseurs Hollande et Sarkozy, totalement en faveur de Rabat. Certes, il envoie des messages, écrits ou du chiffrage dans lesquels il réaffirme la position traditionnelle de Paris de soutien inconditionnel au Maroc, mais ça s’arrête là, ça ne va pas au-delà. Dans les faits, il laisse agir le consensus européen qu’il sait défavorable, sur le dossier sahraoui, aux thèses de Rabat. 

Les Allemands et les Espagnols l’ont si bien saisi qu’ils tentent de s’introduire dans la brèche. Madrid, dirigé par le socialiste Sanchez marqué à la culotte par des formations comme Podemos qui lui assurent le maintien à la tête d’un gouvernement minoritaire, ne peut pas, lui non plus, perpétuer la trahison socialiste espagnole concernant le peuple sahraoui. Sanchez veut signer avec le Maroc mais il ne peut pas le déclarer ouvertement. Une autre faille béante. Angela Merkel répercutant les «couloirs de Bruxelles», veut bien prendre la main sur le dossier. Berlin émet quelques conditions, toutefois.

L’assentiment même frais de Macron, une bienveillance américaine et un plus grand engagement de Gutteres, le secrétaire général de l’ONU, étant convenu et acté que Kohler, l’actuel envoyé spécial onusien est Allemand et qu’il a été président de la République fédérale... La volée de bois vert reçue par le duc de Luxembourg qui s’en est allé exercer une activité physique à Dakhla sur invitation du Maroc indique que les choses ont bougé sur le dossier sahraoui...Les couloirs de Bruxelles insistent même que Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne a piqué une «colère bleue» quand il a appris la ruade du grand duc Henri... un Luxembourgeois comme lui, Juncker n’a pas apprécié que son pays soit mêlé à cette histoire du Sahara Occidental. La vraie raison du courroux de Juncker réside, toujours selon gorges profondes, dans le fait que la Cour de justice européenne a élu domicile advitam eteram à Luxembourg-City... Cette même cour qui a «séparé et «distingué» le Sahara Occidental du Maroc...

ONU: des pétitionnaires focalisent sur la question des ressources naturelles du Sahara Occidental

Posted on Aucun commentaire
De nombreux pétitionnaires ont été entendus par la Quatrième Commission (questions politiques spéciales et décolonisation) sur le sujet de l’exploitation de ses ressources naturelles du Sahara occidental.

Ainsi, le Royaume du Maroc a été pris à partie à plusieurs reprises, accusé, tour à tour, par les pétitionnaires, d’exploiter à outrance les ressources naturelles du Sahara occidental, en particulier de phosphate, de poissons et de produits agricoles d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, privant ainsi les Sahraouis de leurs moyens de subsistance. On a également reproché à cet État d’encourager des entreprises étrangères à mettre en place des projets dans le domaine de l’énergie. 

« Il y a une monarchie qui a envahi de façon illégale le Sahara occidental et qui exploite ses richesses, qui emprisonne et torture la population sahraouie qui s’y trouve encore », a notamment décrié un pétitionnaire qui a exigé que le référendum d’autodétermination des Sahraouis se fasse de toute urgence et que la question du Sahara occidental soit transposée du Chapitre VI au Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Les pétitionnaires ont rappelé les récents arrêts rendus, cette année, par la Cour de justice européenne au sujet des accords commerciaux conclus entre le Maroc et l’Union européenne et qui stipulent clairement que le territoire sahraoui ne fait pas partie du Maroc et, par conséquent, ne doit pas être inclus dans les accords commerciaux entre les deux parties. Pour eux, en concluant en juillet dernier un accord de pêche avec le Royaume du Maroc s’étendant aux eaux du Sahara occidental, l’Union Européenne aurait ignoré ses obligations au regard de cette même Cour qui, ont-ils signalé, aurait jugé que le Royaume du Maroc n’exerce aucune souveraineté sur le Sahara occidental et qui aurait interdit l’exploitation des pêcheries du territoire sans le libre consentement du peuple sahraoui, « via son représentant légitime, le Front Polisario ». 

Sahara Occidental : Débat houleux à la 4ème Commission

Posted on Aucun commentaire
La Quatrième Commission (questions politiques spéciales et décolonisation) a achevé vendredi 12 octobre 2018, les auditions de pétitionnaires et a repris son débat général sur les questions de décolonisation. 

À cette occasion, les membres de la Quatrième Commission ont entendu le nouveau représentant du Front Polisario, M. Sidi Omar, insister sur la revendication centrale du peuple sahraoui de pouvoir enfin exercer son droit à l’autodétermination par un référendum. 

Ce dernier a également estimé que les efforts déployés par l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahara occidental, M. Horst Köhler, avaient insufflé un « nouveau souffle » au processus en cours et a indiqué que le Front Polisario avait accepté l’invitation de ce dernier de participer à des pourparlers, à Genève.

Cette initiative a largement été soutenue par les délégations qui espèrent qu’elle permettra de faire avancer les perspectives d’une solution politique mutuellement acceptable et négociée pour ce différend de longue date.

Le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui a d’ailleurs été fermement défendu à de nombreuses reprises et l’ONU s’est également vu plusieurs fois reprocher de « n’avoir pas tenu sa promesse » s’agissant du référendum que la Mission des Nations Unies pour l’organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) est chargée d’organiser.

S’agissant du statut juridique du Sahara occidental, une mise au point sévère a été faite par un pétitionnaire qui a axé son intervention sur la position de la Cour de justice de l’Union européenne (UE) qui, à quatre reprises, a réaffirmé que le Sahara occidental est bien un territoire distinct de celui du Maroc. Selon lui, la Cour aurait ainsi clairement rejeté l’interprétation de l’UE visant à conférer au Maroc un statut de « puissance de fait », d’autant plus qu’elle a explicitement fait du consentement du peuple du Sahara occidental un élément fondamental pour la validité des accords commerciaux passés avec le Maroc.

ONG dénonce traitement infligé par le Maroc aux migrants clandestins

Posted on Aucun commentaire
Une ONG a dénoncé, jeudi, la politique » discriminatoire » du Maroc vis-à-vis des migrants originaires d’Afrique subsaharienne, évoquant des » violences et violations des droits de l’Homme » à l’égard de ces populations en détresse. 

Entre juillet et septembre, pour la seule région de Tanger (nord), » le nombre de personnes victimes de déplacements forcés est estimé a minima à 7.720 personnes « , dont 174 femmes et 147 mineurs, selon le dernier décompte du Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et des migrants (Gadem). 

Selon une des représentantes de l’ONG lors d’une conférence de presse à Rabat, Camille Denis, tous les témoignages parlent de violences et de traitement inhumains. » Les personnes ciblées sont toutes non-marocaines et toutes noires, sans distinction de leur situation administrative (…), c’est une politique raciste qui est mise en oeuvre et qui interroge toute la politique migratoire » du royaume « , a-telle souligné. Le Gadem a dénoncé aussi la situation extrêmement préoccupante de migrants originaires d’Afrique subsaharienne retenus dans des commissariats à Tanger, affirmant qu’il y a actuellement 142 personnes dans cette situation, depuis plus d’un mois pour certaines. Selon le Gadem, au moins 89 personnes de différentes nationalités, dont six mineurs, ont été renvoyées dans leurs pays d’origine, après avoir été détenues à Tanger. » 

Ces expulsions se font hors cadre juridique, sans respect des procédures « , a dénoncé l’ONG. Ce n’est pas la première fois que des ONG critiquent la politique marocaine à l’égard des migrants subsahariens. Le 4 octobre dernier, l’ONG d’aide aux migrants Caminando Fronteras avait accusé le Maroc d’avoir laissé volontairement des migrants à bord d’une embarcation se noyer au large du Maroc, dénonçant « la passivité et l’inaction de Rabat pour sauver ces personnes. Mercredi, la Marine royale marocaine a ouvert le feu sur le bateau qui transportait 58 personnes. Selon une source militaire à Rabat, un homme a été blessé, au large de Larache au Maroc, lors d’une opération d’interception d’une embarcation transportant des migrants marocains. 

La même source a précisé, à cet effet, que l’embarcation à moteur qui transportait les 58 migrants dissimulés sous une bâche a effectué une manœuvre hostile ce qui a poussé le bateau garde-côte à tirer sur ordre de son commandant. » Ils sont 43.000 à avoir voulu rejoindre l’Espagne depuis début 2018 Le migrant, blessé à l’épaule par balle lors de cette opération, a été transféré à l’hôpital de Tanger (nord), explique la même source. 

La Marine royale marocaine avait même ouvert le feu le 25 septembre dernier sur une embarcation de migrants en Méditerranée faisant un mort, une étudiante marocaine de 22 ans et trois blessés, dont un dans un état critique. Cette affaire avait suscité émoi et une large indignation au sein de la société marocaine.
Agences/Rédaction

Naissance du mouvement "Yalah! Sahara!" pour briser le silence autour du conflit sahraoui

Posted on Aucun commentaire
"Briser le silence des médias" sur le conflit au Sahara occidental, l'ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1975, est l'un des objectifs de "Yalah, le Sahara", un mouvement créé par différentes associations catalanes ainsi que des membres de la société civile et du monde de la culture.

La présentation du projet catalan de la campagne de ce mouvement a été organisé ce matin avec la présence du membre de Txarango, Alguer Miquel; le sous-délégué du Front Polisario en Catalogne, Mah Iahdih; le membre de Clowns Rebelles, Iván Pardo, et l'actrice Rosa Maria Sardà.

"Yalah! Sahara", qui se défine comme un mouvement culturel et politique, vise, selon ses créateurs, "à briser le silence des médias qui entourent le conflit sahraoui depuis des années" par "des actions visant à lui donner de la visibilité" .

Ces activités veulent être le "haut-parleur de la population sahraouie", qui "luttent depuis 43 ans pour retourner à sa terre", ont-ils signalé.

L’événement principal organisé par "Yalah! Sahara" aura lieu du 5 au 8 décembre dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf (Algérie), où artistes de la musique, du cinéma et de la poésie locaux et internationaux se retrouveront dans un acte dirigé à la population sahraouie ainsi qu'à tous ceux qui veulent s'y rendre et y participer.

Txarango, le Zoo ou Mme Tomasa sont quelques-uns des artistes invités qui participeront à l'événement, bien que "des noms restent à confirmer", tel que rapporté par "Yalah! Sahara", qui a annoncé qu'un événement plus politique aura également lieu pour dénoncer la situation de stagnation du conflit sahraoui.

Avant les activités à Tindouf, Barcelone et Madrid ont prévu organiser deux événements visant à "briser le silence des médias" et à "faire pression sur la communauté internationale pour qu'elle adopte une solution urgente et définitive au conflit du Sahara".

Le 11 novembre aura lieu 'Yalah Barcelona', un concert visant á dénoncer la situation de la population sahraouie dans les camps de Tindouf et à collecter des fonds pour l'événement qui sera célébré au mois de novembre en Algérie.

Maroc : Une nouvelle chanson qui témoigne de l'état d'esprit de la jeunesse

Posted on Aucun commentaire
Le Maroc est un pays jeune. C’est à la fois un avantage et en même un inconvénient. L’avantage réside dans le fait que cela constitue une force agissante à forte valeur ajoutée qui peut être utilisée à bon escient pour le développement socio-économique.

Mais l’inconvénient se traduit aussi par les exigences de cette jeunesse qui sont multiples et touchent tous les domaines de la vie.


Ces exigences se traduisent par l’importance des besoins dans les domaines de :

- l’éducation,

- la santé,

- l’habitat,

- l’emploi,

´- les activités sportives,

- les loisirs.


Le Maroc a consenti d’importants efforts en faveur des jeunes marocains pour répondre aux attentes pressentes de cette jeunesse. Mais la dimension des besoins est très élevée par rapport aux moyens disponibles.

Pour mieux essayer de contenir les problèmes et cerner les aspirations de tous les ages de cette jeunesse, il y a de prendre en ligne de compte les éléments suivants:

La population jeune continuera encore pendant plusieurs années à représenter une part importante de la population marocaine.

Les jeunes d'aujourd'hui constituent les adultes de demain et c'est sur eux que repose, assurément, l'avenir du pays.

Elle est la force motrice pour le développement du pays. Elle représente une frange essentielle de la population instruite. Elle joue un rôle essentiel dans la dynamisation de tous les secteurs de l’économie :

- force de travail,

- de conception,

- d’initiation de nouvelles dynamiques,

- de conduite de nouveaux projets.

Elle reste, pour une part non négligeable, encore fragile face aux tentatives d’instrumentalisation par des mouvances extrémistes.

La jeunesse marocaine et les enjeux pour :

- la société,

- l’économie,

- la stabilité et

- la sécurité nationale, régionale et internationale,

Aujourd'hui, la jeunesse frustrée cherche les moyens de combattre les sociétés qui monopolisent l'économie du Maroc. Depuis avril 2018, ces dernières ont été la cible d'une campagne de boycott.

Une nouvelle chanson a envahi les stades. Elle chante les malheurs de la jeunesse marocaine et ses aspirations.

Affaire Ben Barka : Témoignage du médecin de Mohammed V

Posted on Aucun commentaire
François Cleret, médecin du roi Mohammed V pendant 13 ans, témoin capital a été entendu par le juge d'instruction chargé du dossier Ben Barka.

Il affirme que le corps de l'opposant marocain a été découpé, à l'époque, en morceaux en France et disséminé ensuite aux 4 coins du royaume du Maroc. 


Programme d'action de l'Initiative Sahraouie pour le Changement

Posted on Aucun commentaire
Le POLISARIO est et restera l'avant-garde de la révolution sahraouie du peuple sahraoui dans sa lutte pour l'indépendance et pour construire son Etat, la République Sahraouie, dans le contexte historique actuel et legitime. Bien que ce long chemin est jalonné de faits de gloire, de réalisations et de sacrifices énormes, il n'est pas moins vrai qu'à cause de facteurs exogènes et endogènes, des déviations et des lacunes sont apparues, ce qui à son tour a mené à des pratiques, des comportements et des perceptions contraires à l'essence et aux principes du projet national.
Ces derniers temps, cette accumulation d'erreurs a déclenché les alarmes. Il y a un état d'opinion unanime sur les risques qui entourent la cause en raison de cette dérive vers nulle part, vers le chemin de l'impasse que notre processus de libération nationale semble avoir pris.
Initiative Sahraouie pour le Changement est née dans cette conjoncture en tant qu'expression du sentiment des citoyens et en réponse aux  incertitudes croissantes, la déception et le manque d'expectatives. Son but n'est autre que de répondre aux défis de cette étape critique, en formulant, à partir d'une évaluation objective et de l'expérience, des propositions de changement, des réformes et des mécanismes de travail articulés autour du débat, comme approche ou idée centrale, et laissant de côté des styles et des méthodes de gestion devenus clairement obsolètes et inutiles.
Il ne fait aucun doute que la crise actuelle a été ressentie dans divers domaines et secteurs du processus de libération sahraoui. Certains de ses effets peuvent être résumés comme suit:
-Persistence de la stagnation politique et croissance du phénomène de la corruption, dans une situation où, progressivement, a diminué le rôle du mouvement, après avoir perdu l'essence et les signaux d'identité de celui-ci en tant qu'instrument de leadership et de lutte et après avoir adopté des procédés caractéristiques d'un système autoritaire ont été adoptées dans lesquelles des privilèges et des intérêts personnels oú cohabitent des privilèges et des intérêts personnels avec d'autres de nature tribale.
-Echec des instances et des institutions de l'État, devenues des simples propriétés privées, qui ont perdu leur condition de biens publics et d'instruments au service de la population.
- Absence d'autorité, de lois authentiques et de sécurité juridique dans notre environnement, ce qui a ouvert la porte à des phénomènes, parfois étranges à notre société, tels que le crime, le viol et le trafic de drogue.
- Apparition d'inégalités sociales significatives parmi la population comme résultad de la corruption et de l'injustice sociale.
-Régression de l'Intifada ou résistance dans les territoires occupés, en raison des différences et des rivalités entre les différents groupes d'activistes et de juristes. Cela a fait perdre à la résistance son élan et son dynamisme, restant limités ces derniers temps à des événements isolés et à des actions de moins en moins audacieuses et désordonnées.
- Le manque de perspectives pour le plan de paix de l'ONU, en raison des obstacles bâtis systématiquement par la puissance occupante, du manque de sérieux et de rigueur des organisations internationales, mais aussi par la confusion et l'improvisation de la partie sahraouie et son incapacité à trouver des alternatives et des instruments de pression capables de relancer le processus de paix en faveur des droits du peuple sahraoui et de ses aspirations.
C'est dans ce contexte dont les grandes lignes ont été énumérées ici qu'a apparu l'Initiative Saharaui pour le Changement. Son but n'est autre qu'une tentative sincère de promouvoir les réformes nécessaires de l'intérieur d'un système qui, pour des raisons de survie, doit relever les défis du présent et les expectatives de l'avenir et, ainsi, ressuciter l'esprit combatif et la fermeté d'antan, toujours sous l'emblême du Front Polisario, mais sur des nouvelles bases, en donnant priorité à cette volonté populaire qui réclame, aujourd'hui, de façon irréfutable et indéniable, l'ouverture d'un nouveau cycle, en nettoyant et en corrigeant les impuretés et les erreurs du passé. Pour atteindre cet objectif, il est essentiel de concentrer et faire converger tous les efforts dans une action collective, mature et responsable qui sauve la culture de la participation, la corresponsabilité et le dialogue au sein des institutions du mouvement et de l'Etat.
Sur la base de cette vision, l'Initiative Sahraouie pour le Changement a invité la direction politique à assumer la responsabilité historique qui est la sienne face à ce que toutes et tous considérons, expressément ou implicitement, une situation critique et avec des conséquences imprévisibles s'ils font cas omis de ces appels. D'où la nécessité urgente que la direction réponde aux exigences de l'ICS, en ouvrant le plus tôt possible, un débat à l'échelle nationale, transparent et démocratique, au sein de notre avant-garde de lutte, le Front Polisario. Ce débat doit être exhaustif, franc et impartial, sans complexes ni aucune sorte d'exclusions. Ce n'est que de cette manière que les foyers du mal peuvent être identifiés, diagnostiqués et en prescrire les remèdes pertinents.
L'ISC dénonce enérgiquement toutes les formes d'exclusion et de marginalisation adoptées en tant que sanction contre les défenseurs des réformes et contre quiconque oserait exprimer une opinion contraire au discours officiel. En outre, il condamne les accusations de trahison et d'autres campagnes de dénigrement contre les voix critiques et souligne que ces pratiques sont contraires aux valeurs et aux idéaux du Front POLISARIO et ses principes en faveur d'une société moderne fondée sur la démocratie et les libertés individuelles.
L'Initiative Sahraouie pour le Changement considère comme une nécessité indispensable la création d'un climat approprié pour le dialogue national dans la perspective du prochain Congrès Général, qui devrait se tenir aux dates prévues, sans retards, excuses ni aucun autre délai. Initiative assume comme siens les propos du collègue Secrétaire Général du Front Polisario, dans le sens que la corruption doit être éradiquée, qui constitue certainement un pas dans la bonne direction, mais il encourage fortement à associer aux proclamations des actions concrètes pour transformer les mots en actes, afin de renforcer l'organisation politique pour qu'elle retrouve son éclat et son autorité morale d'avant-garde.
Il est également considéré comme une priorité le renforcement de l'institution de l'héroïque armée sahraouie populaire, garant de la souveraineté nationale, en lui fournissant des  équipements et des ressources à la hauteur de son rôle de premier plan dans la sauvegarde des conquêtes et dans la lutte contre l'ennemi, ainsi que se préoccuper des  familles des martyrs et disparus, dont le sang ne doit pas être oublié, car il arrose les racines de nos gloires et de nos acquis.
Initiative pour le Changement estime nécessaire de fournir à l'institution législative ou Conseil National des prérrogatives appropriées pour l'exercice de ses fonctions, afin de contrôler l'action gouvernementale, lutter contre la corruption et les abus de pouvoir et assurer l'indépendance des organes de la justice à travers une réforme du pouvoir judiciaire.
En ce qui concerne les jeunes, nous plaidons pour une plus grande utilisation des capacités et du dynamisme de la jeunesse pour soutenir cette expérience et consolider les institutions du mouvement et de l'Etat. Cette participation doit être articulée sur la base de l'égalité des chances, loin du tribalisme et du népotisme et en encourageant l'innovation et la créativité d'un segment de la population que nous devons préparer pour recueillir, demain, le flambeau et les gouvernails du processus.
En ce qui concerne le plan de paix de l'ONU, nous devons changer de focalisation, en mettany une limite aux délais afin d'affecter davantage les centres de pouvoir et exercer une plus grande pression sur l'occupant marocain pour le forcer à respecter le droit international. Parallèlement, déployer une diplomatie plus active et énergique, pour freiner les revers et conquérir de nouveaux espaces. Cela doit passer par définir et établir des priorités politiques et médiatiques au-delà de la simple recherche d'aides humanitaires, en sélectionnant les ressources humaines nécessaires sur la base de critères objectifs, loin des affinités personnelles ou tribales.
Nous essayons de développer, à partir d'une nouvelle vision, des politiques capables de réactiver le front des territoires occupés, qui permettant de resserrer les rangs, de conjuguer et d'intensifier l'Intifada à partir d'une plus grande harmonisation des énergies et de la cessation de la fragmentation, sans perdre de vue les particularités et les conditions de chaque action et de chaque scénario de lutte et sans perdre la perspective globale de la grande bataille.
 Pour conclure, l'Initiative Sahraouie pour le Changement, étant consciente des défis de cette étape, appelle toutes les masses de notre peuple à interagir de façon constructive avec cette approche sérieuse et responsable, qui ne prétend nullement sous-estimer l'expérience disperser les rangs, comme certains le prétendent. Au contraire, c'est un engagement qui se conforme aux idéaux et aux principes du Front Polisario associés à la liberté et à l'indépendance totale.
Plateforme de coordination de l'ISC.

Représentant de l'Initiative Sahraouie pour le Changement s'entretient avec des personnalités du Congrès espagnol.

Posted on Aucun commentaire
Hach Ahmed, membre de la Plateforme de Coordination de l'ICS, s'est entretenu vendredi à Madrid avec plusieurs responsables politiques et membres du Congrès des députés, le Parlement espagnol.

Lors de ces entretiens, les discussions ont porté sur le processus de paix qui se trouve dans l'impasse et la situation des droits de l'homme au Sahara occidental. Le représentant de l'Initiative pour le Changement a expliqué à ses interlocuteurs la nature et les objectifs du courant politique réformiste récemment créé au sein du mouvement national sahraoui, espérant «qu'il puisse représenter un point d'inflexion après 43 ans de lutte pour l'autodétermination».


Parmi les parlementaires et les personnalités présentes à ces réunions figurent, entre autres, le député de Badajoz Nacho Sánchez Amor et le responsable du Département des Relations Internationales du Parti socialiste, Héctor Gómez Hernandez.

Sahara occidental: Ouallad Moussa, limogé par le Polisario

Posted on Aucun commentaire
Rabouni, camps de réfugiés du Sahara Occidental, 21 décembre 2017.- La réaction des autorités du Front Polisario ne s'est pas faite attendre. Ouallad Moussa a été démis de ses fonctions de représentant du Sahara pour la Communauté des Îles Baléares.
Cette décision trahit une certaine nervosité qui commence à envahir les centres de décision sahraouis en raison de la popularité de l'Initiative Sahraouie pour le Changement.
A cette occasion, la plateforme de coordination de l'ISC a publié la note de presse suivante:

NOTE DE PRESSE

La direction du Polisario applique, encore une fois, la politique de la guillotine pour faire taire les voix critiques.
Dans une note adressée aux institutions des Iles Baléares, la Direction du Polisario a limogé notre colègue Ouallad Moussa de sa fonction de Délégué Sahraoui pour cette communauté en guise de représaille pour sa participation à l'Initiative Sahraouie pour le Changement, une  proposition réformiste et innovante avec vocation de courant politique au sein du Polisario.
La décision de destituer Ouallad Moussa de ses fonctions parce qu'il défend des positions critiques envers la gestion de gouvernement sans briser le consensus national autour de l'indépendance et la République dans le cadre du mouvement de libération (Front Polisario) prouve la persistance de la direction politique actuelle à continuer à fermer les portes face à toute idée de débat ouvert et transparent pour surmonter la crise politique, sociale et morale, ainsi que le manque de perspectives qui marquent la conjoncture actuelle.
Encore une fois, la volonté de s'accrocher au pouvoir et les privilèges et les impulsions autoritaires héritées du passé ont prévalu sur la clameur unanime en faveur du débat, la réflexion et le changement nécessaires pour sauver le projet national. L'Initiative Sahraouie pour le Changement s'engage à continuer à travailler pour sensibiliser le peuple dans son ensemble et plus particulièrement aux jeunes et aux intellectuels pour qu'ils adhèrent cette proposition de dialogue national sans lequel il s'avérera impossible de corriger les lacunes, pallier les erreurs et redresser le projet sahraoui.

Don't Miss