Accéder au contenu principal

Sahara Occidental : La France tourne le dos à « l’autonomie » ?

« La France détient la clé de la question sahraouie qui n’a que trop duré », affirme Mohamed Abdelaziz dans un point de presse qu’il a animé en marge de la clôture de la 3e université d’été des cadres de la République arabe sahraouie démocratique, dans la soirée de mardi à Boumerdes. Il appelle pour la énième fois le gouvernement français à « entreprendre des démarches positives » dans le dernier conflit colonial en Afrique et à « exercer des pressions sur le gouvernement marocain pour l’amener à reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ». 

L’exécutif du socialiste François Hollande rompra-t-il avec celui du libéral Nicolas Sarkozy qui a régulièrement « entravé » les efforts de paix déployés par le toujours médiateur onusien Christopher Ross ? « Oui », répond le président sahraoui. Il est convaincu que le gouvernement en poste entreprendra les démarches nécessaires à la résolution de cette question et ce, conformément aux règles et lois internationales. « Oui », répond aussi Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. « Notre position est celle défendue par les Nations unies », dit-il dans une conférence de presse qu’il a animée, lundi dernier, à Alger, à la résidence de l’ambassadeur de France. Autrement dit, Paris soutient la résolution 2204 du Conseil de sécurité. Adoptée le 24 avril dernier, celle-ci « appelle les deux parties (Front Polisario et Maroc) à poursuivre leurs négociations sous les auspices du secrétaire général de l’Onu, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’accords conformes avec les buts et principes de la Charte des Nations unies ». 

Cette résolution, qui a prolongé d’une année le mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental, appelle, en outre, les autorités marocaines à « améliorer la situation des droits de l’Homme » dans les territoires sahraouis occupés. Rabat dont le comportement au Sahara occupé « entrave le processus d’intégration maghrébine » et menace la paix et la sécurité dans la région » saura-t-elle écouter ces appels relayés par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et la Coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui ? 

Annahj Addimocrati (la Voie Démocratique du Maroc) qui a compris que « l’Intifada du peuple sahraoui pour l’indépendance qui gagne du terrain à tous les niveaux est aujourd’hui une réalité » presse le Palais d’aller à la tenue « d’un référendum d’autodétermination » du peuple sahraoui s’il veut « épargner » à la région le danger d’une guerre et jeter les bases d’un Maghreb des peuples.

Djamel Boukrine

Horizons, 19/07/2012

Commentaires

Anonyme a dit…
anahj n'a même pas 100 militants dans ses rangs, alors?

Posts les plus consultés de ce blog

Espagne : Création de la plate-forme valencienne de solidarité avec le peuple sahraoui

Une trentaine de personnes et de nombreuses autres organisations sociales, politiques, syndicales et des médias indépendants ont souscrit au manifeste de la création de la Plateforme Valencienne de Solidarité avec le Peuple Sahraoui (PVSPS), annoncée au centre culturel Octubre de Valencia. Selon une note diffusée par la plate-forme, l'objectif est de "solidariser avec le peuple sahraoui et son représentant légitime, le Front Polisario, dans la lutte pour le droit à l'autodétermination". Les autres axes sont la dénonciation de la "répression et la violation systématique" des droits de la population sahraouie sous occupation militaire marocaine et des droits des prisonniers politiques. En outre, la plate-forme "poursuit la responsabilité de l'État espagnol en tant que puissance administrante du territoire", met en garde contre les "conditions extrêmes" dans les camps de réfugiés de Tindouf et condamne le mur militaire "d

L’Algérie envoie une aide alimentaire et médicale aux camps des réfugiés sahraouis

Une caravane de solidarité du Croissant rouge algérien (CRA) transportant 154 tonnes de denrées alimentaires et matériels médicaux a pris le départ, jeudi du Palais des Expositions d’Alger, en direction des camps des réfugiés sahraouis à Tindouf. Le coup d’envoi de la caravane de solidarité qui se dirige vers l’aéroport de Boufarik à Blida en direction de Tindouf a été donné par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouthar Kirikou, en compagnie de Mme. Saïda Benhabiles, présidente du CRA. Qualifiant la position « ferme et constante » du peuple algérien envers ses frères sahraouis « d’instinct solidaire et durable », la ministre a rappelé les multiples actions de solidarité menées envers le peuple sahraoui. Allant dans le détail, Mme. Benhabiles a précisé qu’il était question de faire parvenir dans les camps des réfugiés une caravane de « 154 tonnes de denrées alimentaires, de matériels médicaux et de produits de nettoyage

Sahara Occidental : Débat houleux à la 4ème Commission

La Quatrième Commission (questions politiques spéciales et décolonisation) a achevé vendredi 12 octobre 2018, les auditions de pétitionnaires et a repris son débat général sur les questions de décolonisation.  À cette occasion, les membres de la Quatrième Commission ont entendu le nouveau représentant du Front Polisario, M. Sidi Omar, insister sur la revendication centrale du peuple sahraoui de pouvoir enfin exercer son droit à l’autodétermination par un référendum.  Ce dernier a également estimé que les efforts déployés par l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahara occidental, M. Horst Köhler, avaient insufflé un « nouveau souffle » au processus en cours et a indiqué que le Front Polisario avait accepté l’invitation de ce dernier de participer à des pourparlers, à Genève. Cette initiative a largement été soutenue par les délégations qui espèrent qu’elle permettra de faire avancer les perspectives d’une solution politique mutuellement acceptable et négociée